Quelques expériences d’ailleurs


Dans l’Eglise luthérienne de Finlande on fait des personas pour définir les utilisateurs des offres sur le web, le référencement des sites, le type de navigation sur le site (arrivée par la page de garde ou par un moteur de recherche – par mot-clé ou par phrase).


Au Danemark, un projet de réseau social sur Facebook pour personnes divocées est en cours de démarrage : alene.nu. L’Eglise fait peu pour ces personnes. La stratégie part de contact via Facebook, ceux-ci se poursuivent par de l’intérêt pour un site web. A son tour, il propose des témoignages et fait la promotion de cours d’accompagnement. La formule magique : 35% de conseils pratiques, 35% de psycho, 20% d’existentiel, 10% de chrétien.


Peter Reinmann de l’Eglise allemande (EKD) met la focale sur les communautés religieuses complètement virtuelles. Les personnes cherchent à satisfaire en ligne des besoins que les communautés locales ne peuvent pas combler. Exemples : i-church.org / Life church TV / Darkwood Brew / SecondLife. Les questions techniques génèrent des réflexions théologiques. Référence théologiques : Richard Niehbur (Christ & culture). Quid des sacrements ? Quid de la gestion de l’autorité ? Quid de la fraternité ? Quid de l’appartenance ? Quid des finances ?


Comment faire un blog à succès ? Les astuces tirées de l’expériences de Bernice, la plus fameuse bloggeuse de l’Eglise luthérienne suédoise, présenté par Claus Grue. Il faut parler un langage subjectif et rester personnel. Il est nécessaire de s’adresser à des personnes réelles, non pas tout le monde. L’hébergement sur une grande plate-forme de blogging offre davantage de lecteurs. On parle de choses actuelles. On prend un point de vue assumé, parfois provocant. On ajoute deux doigts de réseaux sociaux. L’humour est indispensable, ainsi que la ténacité.


L’Eglise danoise est appuyée par un dispositif appelé Kirkeweb fort de 8 développeurs. La chose existe en allemandNikolai Lengefeldt nous présente la chose. Le groupe analyse avant tout le « workflow » des paroisses pour programmer un outil qui correspond à la « vraie vie ». Ainsi on part du calendrier des activités, puis on part du contenu vers le destinataire (réseau social, mailing, site, etc). Une sorte d’intranet en forme de réseau social. La démonstration est assez convaincante.


Stephen Brown du COE nous présente GlobeTheoLib, un projet de globethics.net, du COE et de 20 autres partenaires. Il s’agit d’une bibliothèque théologique en ligne.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *